Menu
Reproduction

Le tarissement : une période pas si improductive !

par Pierre LECHEVALLIER

Partager cet article

La phase de tarissement de vos vaches laitières est la période charnière de leurs lactations. Entre repos et préparation optimisée, il est nécessaire de trouver le bon équilibre. Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi il faut réussir cette phase qui est loin d’être improductive !

Un tarissement réussi va vous permettre de bien faire vêler, il sera nécessaire pour la bonne santé de vos animaux, pour leurs bonnes performances et enfin pour la reproduction et la réduction de l’IVV.

 

Une phase de tarissement réussie vous permet de faciliter le vêlage ! Tarissez pour bien vêler !

 

En maîtrisant vos phases de tarissement, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour faciliter vos vêlages. En effet, vos vaches avec un état d’engraissement maîtrisé, des muscles toniques et des contractions de meilleure qualité vont expulser le veau plus facilement. Qui dit vêlage facilité dit aussi absence d’intervention extérieure et limitation du stress (surtout chez les primipares). Le tout va limiter les risques sanitaires comme les non-délivrances, les métrites ou encore les retards d’involution utérine mais aussi amener un veau tonique et en pleine santé.

 

30% des pathologies ont lieu le 1er mois de lactation : tarissez pour la santé de vos animaux !

 

Le chiffre : 30 % (1). C’est le pourcentage des pathologies qui ont lieu le premier mois de lactation. Outre les problèmes sanitaires comme les retournements de caillettes (coûts induits de 546 €) ou les métrites (coûts de 224 €), les problèmes métaboliques sont très impactant (190 € pour une acétonémie) (2). Ces pathologies sont en grande partie liées à la qualité du tarissement et ont un impact très négatif sur la reproduction. Cette phase est aussi l’occasion d’assainir la mamelle de vos vaches voire de traiter les autres troubles (locomotion par exemple).

 

Réussir la phase de tarissement pour augmenter les performances de vos vaches : tarissez pour performer !

 

Le tarissement et la préparation au vêlage conditionnent les performances de production de l’animal. En pratique :

  • La mamelle se régénère et se développe, surtout chez les primipares, ce qui va augmenter le potentiel de production.
  • La capacité d’ingestion doit être maximisée grâce à une alimentation bien pourvue en fibres. En parallèle, la surface des papilles ruminales doit se maintenir grâce à une alimentation de qualité et proche de l’alimentation des vaches laitières. Cela va favoriser les débuts de lactation et limiter les risques métaboliques comme les acétonémies.
  • La période de tarissement permet de faire les réserves notamment en minéraux et oligo-éléments voire en lipides.

 

Gagnez 6 jours de mise à la reproduction : tarissez pour reproduire !

 

Une préparation au vêlage optimisée permet une mise à la reproduction 6 jours plus tôt (3) :

  • Les premières vagues folliculaires (et donc les premières chaleurs) se préparent lors du tarissement, attention donc à la balance énergétique de la ration !
  • Les pathologies du vêlage et du début de lactation vont repousser la date de mise à la reproduction et limiter les chances de fécondation.

La phase de tarissement est donc le socle de base pour réduire l’IVV.

Pour avoir une vision en un coup d’œil des performances du troupeau, l’acétonémie, les performances des vaches de moins de 100 jours de lactation (lait et taux) ou encore l’IVV sont des indicateurs qui peuvent vous alerter.

 

Vous l’aurez compris, la préparation au vêlage est une période critique qu’il faut maîtriser pour performer tant en production qu’en reproduction. Donnez le maximum de chances à vos vaches de se préparer, elles vous le rendront ! Dans un prochain article, je vous expliquerai comment réussir le tarissement de vos animaux.

 

 

Sources : 

(1)LANDAIS, E., COULON, J.B., Garel, J.P., et HODEN, A. 1989. Caractérisation de la pathologie de la vache laitière à l’échelle de la lactation. Principaux facteurs de variation et typologie des profils pathologiques de lactation. Annales de Recherches Vétérinaires, volume 20, n° 3. p. 277-294

(2)  Liang, D., Arnold, L.M., Stowe, C.J., Harmon, R.J., et Bewley, J.M. 2017. Estimating US dairy clinical disease costs with a stochastic simulation model. Journal of Dairy Science, volume 100, n° 2. p. 1472-1486

(3) Chen, J., Soede, N.M., Remmelink, G.J., Bruckmaier, R.M., Kemp, B., et van Knegsel, A.T.M. 2017. Relationships between uterine health and metabolism in dairy cows with different dry period lengths. Theriogenology, volume 101, p. 8-14

Contacter l'auteur

Des questions ?
Nos experts vous répondent !